Website van $boomnaam$
Donat I de Melun
Donat I de Melun, geb. circa 790, ovl. tussen 857 en 866.

tr.
met

Landrée de Paris, dr. van Bego I van Parijs (graaf van Parijs 776-816) en Alpais van Frankrijk.

Uit dit huwelijk 3 kinderen, waaronder:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Josselin     


Landrée de Paris
Landrée de Paris.

tr.
met

Donat I de Melun, zn. van Gauzlin I du Maine en Adeltrude van Franken, geb. circa 790, ovl. tussen 857 en 866.

Uit dit huwelijk 3 kinderen, waaronder:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Josselin     


Gauzlin I du Maine
Gauzlin I (Gauzlin) du Maine, geb. circa 765, ovl. voor 826.

tr.
met

Adeltrude van Franken (France, de), dr. van Drogo de Herstal.

Uit dit huwelijk 2 zonen:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Rorich*780  †840  59
Donat I*790  †857  67


Drogo de Herstal
Drogo de Herstal.

Hij krijgt een dochter:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Adeltrude     


Godefred de Herstal
Godefred de Herstal.

Hij krijgt een zoon:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Drogo     


Adaltrude
Adaltrude , ovl. voor 708,
, Adaltrude ou Adeltrude est une noble franque de la fin du VIIe siècle et du début du VIIIe siècle, fille de Berchaire, maire du palais de Neustrie, et épouse de Drogon, duc de Champagne.
Elle est fille de Berchaire, maire du palais de Neustrie de 686 à 688 et d'Anstrude, elle-même fille de Waratton, maire du palais de Neustrie de 680 à 686 et d'Anseflède. Il y a bien la Gesta Fontanellensium qui qualifie Adaltrude, femmede Drogon, de fille de Waratton et de sa femme Anseflède (« filia Warattonis et Ansfledis coniugis eius »), mais ce lien n'est pas pris en compte.
Depuis la mort de Clovis, il y avait toujours eu un antagonisme entre l'Austrasie, ancien royaume des Francs ripuaires qui étaient restés plutôt barbares et la Neustrie, l'ancien fœdus des Francs saliens, qui s'était étendu vers la Gaule romaine et qui s'était romanisée. Ces différents s'était intensifié au cours des guerres entre les reines Frédégonde et Brunehilde, à tel point que même lorsque Clotaire II, roi de Neustrie, avait réunifié les royaumes francs, ilavait dû nommer un roi particulier pour l'Austrasie, en la personne de son fils Dagobert Ier, qui ayant succédé à son père, avait dû faire de même.
Depuis, même si les rois mérovingiens étaient des fantoches placés sur le trône par les maires du palais, la Neustrie et l'Austrasie avait ses maires particuliers. En 679, le maire du palais de Neustrie est Ebroïn, tandis que celui d'Austrasie est Pépin de Herstal. Pépin de Herstal tente alors d'envahir la Neustrie, mais il est battu à Laon. Peu après, Ebroïn est assassiné en 681 par un seigneur franc, Ermenfroi, qui se réfugie à la cour d'Austrasie. Il est remplacé par son parent Waratton qui ne cherche pas à faire la guerre à l'Austrasie, mais qui est brièvement renversé par son fils Ghislemar, lequel attaque l'Austrasie, mais est tué. Waratton redevient maire du palais, mais meurt en 686 et est remplacé par son gendre Berchaire, qui est battu par Pépin à Tertry en 687.
C'est alors qu'Ansflède, veuve de Waratton, prend les choses en main, fait assassiner son gendre et négocie la paix avec Pépin. Pour renforcer le traité, Ils conviennent de marier Drogon, fils de Pépin à Adaltrude, fille de Berchaire.
Drogon duc de Champagne et Adaltrude ont eu pour enfants:
Arnulf († 723), cité comme duc en 704 et en 723 quand il se révolte contre Charles Martel,
Hugues († 730), abbé de Saint-Denis, de Fontenelle et de Jumièges, archevêque de Rouen en 719, évêque de Paris et de Bayeux en 723.
Pépin († 723), cité avec ses frères dans une charte de 715 et en 723 quand il se révolte contre Charles Martel.
Godefried, cité avec ses frères dans une charte de 715 et en 723 quand il se révolte contre Charles Martel.
Drogon meurt en 708. On ne sait ce qu'est alors devenue Adaltrude, qui meurt probablement, car c'est sa grand-mère Ansflède qui élève ses enfants.

tr.
met

Drogo Dux de Champagne, zn. van Pippijn de Middelste (hofmeier 687-714) en Alpheid de Bruyeres, 687-708 Dux, ovl. in 708, begr. Abbaye de Saint-Arnould de Metz -,
, Drogo ou Drocus († 708), noms actuellement francisé en Drogon ou Dreux, duc de Champagne, est le fils aîné de Pépin de Herstal (v.645 † 714), maire des palais d'Austrasie, de Neustrie et de Bourgogne, et de Plectrude
Il est nommé duc de Champagne en 690, puis duc des Bourguignons après 697. Il meurt au printemps de l'année 708 et son père le fait inhumer dans l'abbaye Saint-Arnoul de Metz.
Dans le but de se concilier la noblesse de la Neustrie, son père le marie avec Adaltrude, fille de Berchaire, ancien maire du palais de Neustrie de 686 à 687, et d'Anstrude, elle-même fille de Waratton, également maire du palais de Neustrie de 680 à 686, lequel était probablement apparenté à Ebroïn, maire du palais de Neustrie de 658 à 680.
De ce mariage sont nés quatre enfants :
Arnulf († 723), cité comme duc en 704 et en 723 quand il se révolte contre Charles Martel,
Hugues († 730), abbé de Saint-Denis, de Fontenelle et de Jumièges, archevêque de Rouen en 719, évêque de Paris et de Bayeux en 723.
Pépin († 723), cité avec ses frères dans une charte de 715 et en 723 quand il se révolte contre Charles Martel.
Godefried, cité avec ses frères dans une charte de 715 et en 723 quand il se révolte contre Charles Martel.

Uit dit huwelijk een zoon:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Godefred     


Childebrand de Bruyeres
Childebrand de Bruyeres, geb. Metz [Frankrijk] circa 630, Comte de Bruyères.

tr.
met

Clotilde Heristalium.

Uit dit huwelijk een dochter:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Alpheid*650  †705  55


Clotilde Heristalium
Clotilde Heristalium.

tr.
met

Childebrand de Bruyeres, zn. van Childebert II de Bruyeres (prins van Autrasië), geb. Metz [Frankrijk] circa 630, Comte de Bruyères.

Uit dit huwelijk een dochter:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Alpheid*650  †705  55


Childebert II de Bruyeres
Childebert II de Bruyeres, geb. circa 605, prins van Autrasië.

Hij krijgt een zoon:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Childebrand*630 Metz [Frankrijk]    


Thierry II de Bruyeres
Thierry II de Bruyeres, geb. circa 588, Roi de Bourgogne puis Roi d'Austrasie, ovl. Metz [Frankrijk] op 30 sep 613,
, Thierry II ou Théodoric II, né en 587, mort en 613 à Metz, est un prince mérovingien, roi de Bourgogne (capitale : Chalon) de 595 à 613, roi d'Austrasie (capitale : Metz) de 612 à 613.
Sa grand-mère paternelle Brunehilde (Brunehaut) meurt peu de temps après lui, ce qui met fin de la longue période de guerres entre rois et reines francs commencée en 570.
Il est le fils de Childebert II, roi d'Austrasie de 575 à 595, roi de Burgondie (Chalon) de 592 à 595, fils de Brunehilde et de Sigebert Ier, roi d'Austrasie ; la mère de Thierry est la reine Faileube. À cette époque, le roi de Neustrieest un parent, Clotaire II, fils de Chilpéric Ier (mort en 585) et de Frédégonde (morte en 597).
Élevé en Alsace, Thierry devient roi de Burgondie à la mort de son père, tandis que son frère aîné Thibert II (585-612) devient roi d'Austrasie. La régence revient à la reine Brunehilde, qui s'installe d'abord à la cour d'Austrasie, mais elle en est chassée et il la reçoit à ses côtés en même temps que sa sœur Thidilane.
Thierry a eu des enfants de ses relations avec plusieurs concubines, notamment quatre fils :
Sigebert,
Chramn,
Childebert
Mérovée.
Cela lui vaut d'être blâmé par saint Colomban, qui refuse de bénir ses enfants sous le prétexte qu'ils sont nés de prostituées
Thierry meurt en 613, soit empoisonné, soit de dysenterie, laissant son royaume à son fils aîné Sigebert II, qui ne règne guère puisqu'il est capturé avec son frère Chramn et exécuté avec lui sur ordre de Clotaire II, ainsi que la reine Brunehilde.
Mérovée, qui est le filleul de Clotaire II, échappe à la mort, mais est enfermé dans un monastère colombanien pour le restant de ses jours.
Le royaume franc se trouve alors réunifié par Clotaire II.
En ce qui concerne Childebert, le quatrième fils de Thierry, son sort n'est pas connu avec certitude. Il est peut-être mort en 645 et serait l'ancêtre de la Maison de Rochechouart, à laquelle appartient Madame de Montespan, favorite de Louis XIV.

  • Vader:
    Childebert II (Childebert I) d' Autrasië, zn. van Sigebert I van de Franken en Brunhilde der Visigothen, geb. op 8 apr 570, koning van Autrasië, ovl. op 30 mrt 596,
    , hij wordt in 570 geboren als enige zoon van Koning Sigibert I en diens Visigotische koningin Brunhilde. Childebert is pas vijf jaar oud als zijn vader vermoord wordt maar wordt dankzij de bemoeienis van zijn moeder Brunhilde toch geaccepteerd als diens opvolger. Omdat Childebert te jong is om zelf te regeren, fungeert zijn moeder als regentes. Ze komt daardoor echter in conflict met de Austrasische adel die zelf uit naam van de minderjarige Childebert wil regeren. Uiteindelijk ziet Brunhilde zich zelfs genoodzaakt om te vluchten naar Bougondië en hier tijdelijk in ballingschap te verblijven. Haar zoon blijft achter in Austrasië. Childebert neemt in het midden van de jaren '80 zelf het heft in handen. Zijn regering kenmerkt zich door oorlog en chaos. Belangrijke veroveringen doen zich niet meer voor, omdat de familieperikelen teveel tijd en energie vragen.
    Zijn oom Chilperik (wiens echtgenote Fredegonde de hand had in de dood van zijn vader) heeft nog steeds zijn pogingen om Austrasië in te lijven niet opgegeven. Het is Childebert's andere oom, Gontran van Bourgondië, die hem beschermt tegen de invallen van Chilperik. Aangezien Gontran zelf geen erfgenamen heeft, adopteert hij in 577 zijn jonge oomzegger. Het is echter niet altijd pais en vree tussen tussen Gontran en Childebert. Diverse malen strijden de twee om steden die in omstreden gebied tussen Bourgondië en Austrasië liggen (onder meer Poitiers en Tours). De ruzies worden uiteindelijk wel weer bijgelegd.
    In 581 wordt hij ook als opvolger aangewezen door Chilperik, wiens huwelijk tot op dat moment kinderloos is gebleven. Als Chilperik echter in 584 overlijdt (hij wordt in opdracht van zijn liefhebbende echtgenote neergestoken), is Fredegonde inmiddels bevallen van een zoon, Chlotharius II, die hem opvolgt. Omdat hij nog te jong is om zelf te regeren, regeert Fredegonde uit zijn naam. Zij pleegt diverse aanslagen op het leven van Childebert, omdat ze wil dat Bourgondië toevalt aan haar zoon. Hoewel Fredegonde meestal korte metten maakt met haar vijanden, slaagt ze ditmaal niet in haar opzet.
    In 585 strijdt Childebert samen met de Byzantijnse keizer (die hem hiervoor 50.000 goudstukken betaalt) tegen de Lombarden. Er volgt een reeks van onsuccesvolle veldtochten. In 590 valt hij voor de laatste keer Italië binnen om uiteindelijk vrede te sluiten met de Lombarden. Intussen rommelt het in Austrasië waar de adel in opstand komt tegen Childebert. Met hulp van zijn oom Gontran weet hij zich echter te handhaven. Als Gontran in 592 overlijdt, annexeert Childebert Bourgondië en probeert meteen om ook de gebieden van Chlotarius II aan zijn rijk toe te voegen. In 593 valt hij Neustrië binnen, maar wordt bij Soissons verslagen. In 595, op de leeftijd van 25 jaar, wordt Childebert II, vergiftigd door een groep Austrasische edelen. Zijn twee jonge zonen Theodebert II en Theodorik II worden koning van respectievelijk Austrasië en Bourgondië. Omdat ze nog te jong zijn om zelf te regeren, treedt hun grootmoeder Brunhilde andermaal op als regentes
    Childebert II est un roi mérovingien, né le 6 avril 570 et mort entre le 2 et le 28 mars 596, roi d'Austrasie de 575 à 596, puis de la Bourgogne et de l'Orléanais.
    Fils unique de Sigebert Ier et Brunehilde ; frère des princesses Ingonde et Chlodosuinde.
    Époux de Faileube, une reine dont on ignore les origines, il eut pour enfants Thibert II et Thierry II, ainsi que la princesse Thidilane.
    Childebert II règne sur l'Austrasie après l'assassinat de son père par deux esclaves de Frédégonde. Il a 5 ans quand Gundobald le ramène de Paris à Metz, le capitale de l'Austrasie, où il est reconnu roi. Son élévation au trône date du 25 décembre 575, bien qu'il fut roi quelques semaines avant (au moins avant le 8 décembre) ; cette attente se justifie par la volonté de faire coïncider l'élévation du nouveau roi avec l'importante fête religieuse de Noël.
    En réalité, sa mère, la reine Brunehilde assuma l'essentiel du pouvoir jusqu'à sa mort. La majorité de Childebert fut proclamée une première fois en 585, puis lors du pacte d'Andelot en 587. Grâce à ce pacte, il hérita de la Bourgogne et de l'Orléanais, après avoir été adopté par son oncle, le roi Gontran.
    Pratiquant une politique d'alliance avec les Byzantins contre les Lombards d'Italie, Childebert mena les dernières expéditions austrasiennes dans cette région. Il est aussi connu pour avoir complété la loi salique par un décret.
    Childebert II mourut empoisonné avec son épouse, en 596, à 25 ans. Ses deux fils Thibert II et Thierry II, s'entredéchirèrent pour la succession, malgré l'influence de Brunehilde. Le premier lui succède en Austrasie alors que le second reçoit le royaume de Bourgogne et celui d'Orléans, tr.
 

tr.
met

Sichilde van Neustrië, geb. circa 586, ovl. circa 616.

Uit dit huwelijk een zoon:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Childebert II*605     


Sichilde van Neustrië
Sichilde van Neustrië, geb. circa 586, ovl. circa 616.

tr.
met

Thierry II de Bruyeres, zn. van Childebert II d' Autrasië (koning van Autrasië) en Faileube der Visigoten, geb. circa 588, Roi de Bourgogne puis Roi d'Austrasie, ovl. Metz [Frankrijk] op 30 sep 613,
, Thierry II ou Théodoric II, né en 587, mort en 613 à Metz, est un prince mérovingien, roi de Bourgogne (capitale : Chalon) de 595 à 613, roi d'Austrasie (capitale : Metz) de 612 à 613.
Sa grand-mère paternelle Brunehilde (Brunehaut) meurt peu de temps après lui, ce qui met fin de la longue période de guerres entre rois et reines francs commencée en 570.
Il est le fils de Childebert II, roi d'Austrasie de 575 à 595, roi de Burgondie (Chalon) de 592 à 595, fils de Brunehilde et de Sigebert Ier, roi d'Austrasie ; la mère de Thierry est la reine Faileube. À cette époque, le roi de Neustrieest un parent, Clotaire II, fils de Chilpéric Ier (mort en 585) et de Frédégonde (morte en 597).
Élevé en Alsace, Thierry devient roi de Burgondie à la mort de son père, tandis que son frère aîné Thibert II (585-612) devient roi d'Austrasie. La régence revient à la reine Brunehilde, qui s'installe d'abord à la cour d'Austrasie, mais elle en est chassée et il la reçoit à ses côtés en même temps que sa sœur Thidilane.
Thierry a eu des enfants de ses relations avec plusieurs concubines, notamment quatre fils :
Sigebert,
Chramn,
Childebert
Mérovée.
Cela lui vaut d'être blâmé par saint Colomban, qui refuse de bénir ses enfants sous le prétexte qu'ils sont nés de prostituées
Thierry meurt en 613, soit empoisonné, soit de dysenterie, laissant son royaume à son fils aîné Sigebert II, qui ne règne guère puisqu'il est capturé avec son frère Chramn et exécuté avec lui sur ordre de Clotaire II, ainsi que la reine Brunehilde.
Mérovée, qui est le filleul de Clotaire II, échappe à la mort, mais est enfermé dans un monastère colombanien pour le restant de ses jours.
Le royaume franc se trouve alors réunifié par Clotaire II.
En ce qui concerne Childebert, le quatrième fils de Thierry, son sort n'est pas connu avec certitude. Il est peut-être mort en 645 et serait l'ancêtre de la Maison de Rochechouart, à laquelle appartient Madame de Montespan, favorite de Louis XIV.

Uit dit huwelijk een zoon:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Childebert II*605     


Athanagild der Visigothen
Athanagild der Visigothen, ovl. Toledo circa 567,
, Athanagild ou Athanagild Ier (en gotique Aþanagilds, en latin At[h]anagildus, en espagnol At[h]anagildo) est roi des Wisigoths d'Espagne de 555 à 567.
D'obscure origine, il se révolte en 551 contre le roi Agila et obtient l'appui de l'empereur byzantin Justinien qui lui livre des soldats en échange de territoires en Hispanie. Après une période de troubles dans le royaume wisigoth, Athanagilde monte sur le trône après l'assassinat du roi Agila à Mérida en mars 555. Selon Isidore de Séville, les guerriers wisigoths « tuèrent Agila à Mérida et donnèrent le royaume à Athanagild » car, « les Goths voyaient qu'ils provoquaient eux-mêmes leur propre perte et craignaient surtout que, sous le prétexte de venir au secours d'Athanagild, les soldats [romains] les envahissent. ». Pour des raisons stratégiques, et se sentant peut-être menacé par ses anciens alliés byzantins, il installe la cour royale wisigothique à Tolède, forteresse naturelle située au cœur de la péninsule Ibérique. Selon Grégoire de Tours, Athanagilde « combattit souvent l'armée [byzantine] et la vainquit à plusieurs reprises, remettant sous sa domination une partie des cités qu'elle s'était emparée ». Cependant, les Byzantins restèrent maîtres dans le sud de la péninsule d'un territoire allant de Cadix à Valence.
Afin de s'assurer l'alliance des Francs, il accepte de marier sa fille Brunehilde au roi mérovingien Sigebert, roi d'Austrasie, et peu après, donne une autre de ses filles, Galswinthe, à Chilpéric, roi mérovingien de Neustrie.
Athanagilde meurt en 567 à Tolède ; pour la première fois depuis 484, un roi wisigoth décédait de causes naturelles.
Selon la chronique des rois wisigoths (Chronica regum Wisigotthorum), Athanagildus régna 15 ans et 6 mois.
Goswinthe, sa veuve, épousera quelques années plus tard Léovigild, roi des Wisigoths de 568 à 586
« Le roi Sigebert, qui voyait ses frères s'allier à des épouses indignes d'eux, et prendre pour femmes, à leur grand déshonneur, jusqu'à leurs servantes, envoya des ambassadeurs en Espagne chargés de beaucoup de présents pour demander en mariage Brunehilde, fille du roi Athanagilde. C'était une jeune fille de manières élégantes, belle de figure, honnête et décente dans ses mœurs, de bon conseil et d'agréable conversation. Son père consentit à l'accorder, et l'envoya au roi avec de grands trésors… Le roi Chilpéric, qui avait déjà plusieurs femmes, voyant ce mariage, demanda Galswinthe, soeur de Brunehilde, promettant, par ses envoyés, que s'il pouvait obtenir une femme égale à lui et de race royale, il délaisserait toutes les autres. Le père reçut ses promesses, et lui envoya sa fille, comme il avait envoyé l'autre, avec de grandes richesses.

tr.
met

Goswinthe .

Uit dit huwelijk 2 kinderen, waaronder:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Brunhilde*543  †613  70


Goswinthe
Goswinthe .

tr.
met

Athanagild der Visigothen, ovl. Toledo circa 567,
, Athanagild ou Athanagild Ier (en gotique Aþanagilds, en latin At[h]anagildus, en espagnol At[h]anagildo) est roi des Wisigoths d'Espagne de 555 à 567.
D'obscure origine, il se révolte en 551 contre le roi Agila et obtient l'appui de l'empereur byzantin Justinien qui lui livre des soldats en échange de territoires en Hispanie. Après une période de troubles dans le royaume wisigoth, Athanagilde monte sur le trône après l'assassinat du roi Agila à Mérida en mars 555. Selon Isidore de Séville, les guerriers wisigoths « tuèrent Agila à Mérida et donnèrent le royaume à Athanagild » car, « les Goths voyaient qu'ils provoquaient eux-mêmes leur propre perte et craignaient surtout que, sous le prétexte de venir au secours d'Athanagild, les soldats [romains] les envahissent. ». Pour des raisons stratégiques, et se sentant peut-être menacé par ses anciens alliés byzantins, il installe la cour royale wisigothique à Tolède, forteresse naturelle située au cœur de la péninsule Ibérique. Selon Grégoire de Tours, Athanagilde « combattit souvent l'armée [byzantine] et la vainquit à plusieurs reprises, remettant sous sa domination une partie des cités qu'elle s'était emparée ». Cependant, les Byzantins restèrent maîtres dans le sud de la péninsule d'un territoire allant de Cadix à Valence.
Afin de s'assurer l'alliance des Francs, il accepte de marier sa fille Brunehilde au roi mérovingien Sigebert, roi d'Austrasie, et peu après, donne une autre de ses filles, Galswinthe, à Chilpéric, roi mérovingien de Neustrie.
Athanagilde meurt en 567 à Tolède ; pour la première fois depuis 484, un roi wisigoth décédait de causes naturelles.
Selon la chronique des rois wisigoths (Chronica regum Wisigotthorum), Athanagildus régna 15 ans et 6 mois.
Goswinthe, sa veuve, épousera quelques années plus tard Léovigild, roi des Wisigoths de 568 à 586
« Le roi Sigebert, qui voyait ses frères s'allier à des épouses indignes d'eux, et prendre pour femmes, à leur grand déshonneur, jusqu'à leurs servantes, envoya des ambassadeurs en Espagne chargés de beaucoup de présents pour demander en mariage Brunehilde, fille du roi Athanagilde. C'était une jeune fille de manières élégantes, belle de figure, honnête et décente dans ses mœurs, de bon conseil et d'agréable conversation. Son père consentit à l'accorder, et l'envoya au roi avec de grands trésors… Le roi Chilpéric, qui avait déjà plusieurs femmes, voyant ce mariage, demanda Galswinthe, soeur de Brunehilde, promettant, par ses envoyés, que s'il pouvait obtenir une femme égale à lui et de race royale, il délaisserait toutes les autres. Le père reçut ses promesses, et lui envoya sa fille, comme il avait envoyé l'autre, avec de grandes richesses.

Uit dit huwelijk 2 kinderen, waaronder:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Brunhilde*543  †613  70


Léovigild der Visigoten
Léovigild der Visigoten, geb. circa 530, ovl. Toledo circa 586,
, Léovigild (en gotique Liubagilds, en espagnol Leovigildo), né c. 530 et mort en 586, est roi wisigoth d'Hispanie et de Septimanie de 568 à 586. Son règne marque un tournant pour l'histoire de l'Espagne comme pour celle des Wisigoths.
Léovigild est le frère de Liuva dux wisigoth de Septimanie élu roi des Wisigoths en 567 ou 568. Selon Jean de Biclar, ce dernier associe Léovigild au pouvoir un an après son élection, se réservant la Septimanie (la partie gothique de la Gaule avec Narbonne pour capitale) et laissant l'Hispanie (avec Tolède pour capitale) à son frère.
À une date inconnue (avant 560), Léovigild avait épousé une aristocrate, Theodosia. De ce mariage naissent deux fils, Hermenegild et Récarède.
Il règne seul à partir de 571/572, après la mort de Liuva, et associe au pouvoir ses deux fils. Vers la même époque, il épouse Goswinthe, la veuve du roi Athanagild (prédécesseur de Liuva).
Souhaitant unifier toute la péninsule Ibérique sous son autorité, il entame avec succès une série de campagnes militaires, notamment dans le sud, contre les Byzantins de la Bétique, et s'empare de Cordoue, de Malaga et de Medina-Sidonia. Au nord, il combat les montagnards Cantabres, Astures et Vascons, et les Francs, fait renforcer les fortifications de Narbonne et de Carcassonne, et jette les fondations de l'actuelle ville basque de Vitoria (581). Dans le nord-ouest de la péninsule, il lutte à partir de 575 contre les Suèves, redevenus catholiques, et plusieurs campagnes sont nécessaires pour les soumettre ; par sa victoire à la bataille de Braga en 585, il détruit leur royaume de Galice et les reconvertit à l'arianisme. Ses victoires militaires lui permettent de réaliser en partie l'unification de la péninsule, mais il reste un obstacle majeur, son attachement à l'arianisme, véritable foi gothique (fides gothica).
Ayant conduit le royaume wisigoth au sommet de sa puissance, il croit alors possible d'établir l'unité religieuse autour de la foi arienne et commence par persécuter les catholiques avant d'essayer de composer avec ses sujets catholiques en évitant les persécutions et en tentant d'établir l'unité de la foi sur la base d'un arianisme expurgé. Il fait des concessions sur l'entrée dans l'arianisme, rendue plus facile, et sur les questions dogmatiques (admettant l'égalité du Père et du Fils). Il semble alors qu'un certain nombre de conversions à l'arianisme aient lieu. Cependant ces concessions jettent aussi le trouble chez les ariens, car il est de plus en plus difficile de voir les différences entre les deux confessions.
Vers la même époque, son fils aîné, le prince Herménégilde, marié à une catholique, la princesse franque Ingonde, prend la tête du parti catholique dans le sud du royaume et se révolte contre son père, n'hésitant pas à s'allier aux Suèves du roi Ariamir et aux Byzantins. Depuis Séville, Herménégild soulève l'actuelle Andalousie au début des années 580. La réaction de Léovigild est impitoyable : il combat son fils (abandonné par les Suèves et les Byzantins), le fait prisonnier (584) et l'envoie à Tarragone où il est exécuté en 585. Ce meurtre fait d'Herménégilde un martyr aux yeux des catholiques.
La même année, son autre fils Récarède repousse en Septimanie une attaque franque du roi franc de Burgondie Gontran qui voit ses forces anéanties par les troupes wisigothes.
Politiquement, Léovigild, se considérant « empereur en son royaume », cherche à se détacher de l'Empire byzantin en faisant frapper sa propre monnaie. Il est aussi le premier roi wisigoth à rejeter l'habit traditionnel des guerriers goths contre le manteau de pourpre, digne des empereurs romains ou byzantins, à siéger sur un trône, et à s'inspirer du cérémonial byzantin. Son activité législative est importante. Il promulgue, ou recueille de ses prédécesseurs, 324 lois. Cette importante œuvre judiciaire est d'ailleurs poursuivie par certains de ses successeurs (Chindaswinth et Recceswinth qui regroupent l'ensemble de ces lois dans le Liber judiciorum en 654). Sous son règne, le domaine public, dont le souverain à l'entière disposition, ne cesse de s'accroître grâce aux amendes infligées ou aux confiscations de biens de ses adversaires politiques.
Léovigild, considéré par les espagnols comme le premier « Unificador Nacional », meurt dans le palais royal de Tolède entre le 13 avril et le 8 mai 586 de causes naturelles. Son fils Récarède lui succède.
Selon Isidore de Séville (Historia Gothorum) et la chronique des rois wisigoths (Chronica regum Wisigotthorum), Liuvigildus régna 18 ans.
Il est à l'origine de la ville de « Recaredopolis », connu aujourd'hui sous le nom de « Recopolis », et fondée en 578 au nord-est de Tolède en l'honneur de son fils Récarède. C'est l'une des trois ou quatre villes bâties par les Wisigoths dans la péninsule Ibérique (avec Vitoria, Olite et peut-être Toro) et l'une des rares fondées par les « Barbares » dans l'ancien Empire romain d'Occident.

tr.
met

Goswinthe , geb. circa 530, ovl. circa 589.

Uit dit huwelijk 2 kinderen, waaronder:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Faileube*572  †596  23


Goswinthe
Goswinthe , geb. circa 530, ovl. circa 589.

tr.
met

Léovigild der Visigoten, geb. circa 530, ovl. Toledo circa 586,
, Léovigild (en gotique Liubagilds, en espagnol Leovigildo), né c. 530 et mort en 586, est roi wisigoth d'Hispanie et de Septimanie de 568 à 586. Son règne marque un tournant pour l'histoire de l'Espagne comme pour celle des Wisigoths.
Léovigild est le frère de Liuva dux wisigoth de Septimanie élu roi des Wisigoths en 567 ou 568. Selon Jean de Biclar, ce dernier associe Léovigild au pouvoir un an après son élection, se réservant la Septimanie (la partie gothique de la Gaule avec Narbonne pour capitale) et laissant l'Hispanie (avec Tolède pour capitale) à son frère.
À une date inconnue (avant 560), Léovigild avait épousé une aristocrate, Theodosia. De ce mariage naissent deux fils, Hermenegild et Récarède.
Il règne seul à partir de 571/572, après la mort de Liuva, et associe au pouvoir ses deux fils. Vers la même époque, il épouse Goswinthe, la veuve du roi Athanagild (prédécesseur de Liuva).
Souhaitant unifier toute la péninsule Ibérique sous son autorité, il entame avec succès une série de campagnes militaires, notamment dans le sud, contre les Byzantins de la Bétique, et s'empare de Cordoue, de Malaga et de Medina-Sidonia. Au nord, il combat les montagnards Cantabres, Astures et Vascons, et les Francs, fait renforcer les fortifications de Narbonne et de Carcassonne, et jette les fondations de l'actuelle ville basque de Vitoria (581). Dans le nord-ouest de la péninsule, il lutte à partir de 575 contre les Suèves, redevenus catholiques, et plusieurs campagnes sont nécessaires pour les soumettre ; par sa victoire à la bataille de Braga en 585, il détruit leur royaume de Galice et les reconvertit à l'arianisme. Ses victoires militaires lui permettent de réaliser en partie l'unification de la péninsule, mais il reste un obstacle majeur, son attachement à l'arianisme, véritable foi gothique (fides gothica).
Ayant conduit le royaume wisigoth au sommet de sa puissance, il croit alors possible d'établir l'unité religieuse autour de la foi arienne et commence par persécuter les catholiques avant d'essayer de composer avec ses sujets catholiques en évitant les persécutions et en tentant d'établir l'unité de la foi sur la base d'un arianisme expurgé. Il fait des concessions sur l'entrée dans l'arianisme, rendue plus facile, et sur les questions dogmatiques (admettant l'égalité du Père et du Fils). Il semble alors qu'un certain nombre de conversions à l'arianisme aient lieu. Cependant ces concessions jettent aussi le trouble chez les ariens, car il est de plus en plus difficile de voir les différences entre les deux confessions.
Vers la même époque, son fils aîné, le prince Herménégilde, marié à une catholique, la princesse franque Ingonde, prend la tête du parti catholique dans le sud du royaume et se révolte contre son père, n'hésitant pas à s'allier aux Suèves du roi Ariamir et aux Byzantins. Depuis Séville, Herménégild soulève l'actuelle Andalousie au début des années 580. La réaction de Léovigild est impitoyable : il combat son fils (abandonné par les Suèves et les Byzantins), le fait prisonnier (584) et l'envoie à Tarragone où il est exécuté en 585. Ce meurtre fait d'Herménégilde un martyr aux yeux des catholiques.
La même année, son autre fils Récarède repousse en Septimanie une attaque franque du roi franc de Burgondie Gontran qui voit ses forces anéanties par les troupes wisigothes.
Politiquement, Léovigild, se considérant « empereur en son royaume », cherche à se détacher de l'Empire byzantin en faisant frapper sa propre monnaie. Il est aussi le premier roi wisigoth à rejeter l'habit traditionnel des guerriers goths contre le manteau de pourpre, digne des empereurs romains ou byzantins, à siéger sur un trône, et à s'inspirer du cérémonial byzantin. Son activité législative est importante. Il promulgue, ou recueille de ses prédécesseurs, 324 lois. Cette importante œuvre judiciaire est d'ailleurs poursuivie par certains de ses successeurs (Chindaswinth et Recceswinth qui regroupent l'ensemble de ces lois dans le Liber judiciorum en 654). Sous son règne, le domaine public, dont le souverain à l'entière disposition, ne cesse de s'accroître grâce aux amendes infligées ou aux confiscations de biens de ses adversaires politiques.
Léovigild, considéré par les espagnols comme le premier « Unificador Nacional », meurt dans le palais royal de Tolède entre le 13 avril et le 8 mai 586 de causes naturelles. Son fils Récarède lui succède.
Selon Isidore de Séville (Historia Gothorum) et la chronique des rois wisigoths (Chronica regum Wisigotthorum), Liuvigildus régna 18 ans.
Il est à l'origine de la ville de « Recaredopolis », connu aujourd'hui sous le nom de « Recopolis », et fondée en 578 au nord-est de Tolède en l'honneur de son fils Récarède. C'est l'une des trois ou quatre villes bâties par les Wisigoths dans la péninsule Ibérique (avec Vitoria, Olite et peut-être Toro) et l'une des rares fondées par les « Barbares » dans l'ancien Empire romain d'Occident.

Uit dit huwelijk 2 kinderen, waaronder:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Faileube*572  †596  23


Jan Delfos
Jan Delfos, ged. Leiden op 18 aug 1791, Greinwever, is analfabeet, ovl. Leiden op 15 feb 1855.

tr. Leiden op 2 dec 1814
met

Catharina Hannaart, ged. Leiden op 12 aug 1789, spinste,
, analfabeet.

Uit dit huwelijk een zoon:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Johannes*1818 Leiden    


Catharina Hannaart
Catharina Hannaart, ged. Leiden op 12 aug 1789, spinste,
, analfabeet.

tr. Leiden op 2 dec 1814
met

Jan Delfos, zn. van Jan Delfos en Delia Arkevelt, ged. Leiden op 18 aug 1791, Greinwever, is analfabeet, ovl. Leiden op 15 feb 1855.

Uit dit huwelijk een zoon:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Johannes*1818 Leiden    


Jan Delfos
Jan Delfos, ged. Leiden (Hooglandse Kerk) op 3 jun 1766 (getuigen: Dirk Delfos en Jannetje van Weerele).

tr. Leiden op 25 okt 1790
met

Delia Arkevelt, dr. van Jacoba Koornhoff en Isaak Arkevelt, ged. op 20 mrt 1768, ovl. Rijnsburg op 9 feb 1845.

Uit dit huwelijk een zoon:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Jan~1791 Leiden †1855 Leiden 63


Delia Arkevelt
Delia Arkevelt, ged. op 20 mrt 1768, ovl. Rijnsburg op 9 feb 1845.

tr. Leiden op 25 okt 1790
met

Jan Delfos, zn. van Jan (Johannes) Delfos en Elisabeth Hanno, ged. Leiden (Hooglandse Kerk) op 3 jun 1766 (getuigen: Dirk Delfos en Jannetje van Weerele).

Uit dit huwelijk een zoon:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Jan~1791 Leiden †1855 Leiden 63


Nicolaas Delfos
Nicolaas Delfos, geb. Leiden op 23 aug 1882, caféhouder, gezagvoerder, officier grote vaart, ovl. Aarlanderveen op 25 mrt 1934, begr. op 28 mrt 1934.

tr. Bloemendaal op 11 sep 1918
met

Cornelia van Heijst, geb. Velsen op 22 aug 1894, ovl. Zaandam op 9 apr 1950.

Uit dit huwelijk een dochter:

 naamgeb.plaatsovl.plaatsoudrelatiekinderen
Corry*1921 Haarlem †2011 Haarlem 90